28/03/17

20:38 Flaky's wedding (and namedropping)

Mariage de Flaky

Certains jours ressemblent, lorsque l'on se les remémore, à un rêve. Parce qu'ils sont empreints de simplicité, de bonheur et sont liés à une fatigue soutenue qui font se dire après coup "mais comment j'ai pu faire tout ça".

Le week-end qui vient de s'écouler entre bien dans cette catégorie. C'était le mariage de Flaky, qui après m'avoir fait découvrir Bordeaux puis San Francisco me demandait d'être son témoin dans un village près de Mercurey (département 71, Saône-et-Loire). Du coup, 600kms à faire le vendredi pour rejoindre mon hôtel du vendredi soir.

Samedi matin, retrouvailles avec le futur marié puis direction la mairie après changement vestimentaire. Le point le plus problématique résidait dans le fait de devoir prononcer un discours. Je m'en suis très moyennement sorti : la tâche était ardue car la distance couplée à nos vies respectives ne nous laissent plus beaucoup de temps pour se voir. Toutefois mon discours permettait de mettre les autres qui suivirent en valeur et c'est déjà ça. Le vin d'honneur (du Mercurey) était ensuite bu dans une cave nommée A ma cave. Il était délicieux, je suis reparti d'ailleurs avec une bouteille plus tard. Le vin d'honneur m'a valu quelques questions sur le marié ainsi que sur ce fameux forum de culture bretonne que je mentionnais dans mon discours. L'occasion de penser à Izo.
Ensuite, rendez-vous était donné à 18h près de Mâcon, au Château de Besseuil. Les chambres étaient très confortables, la literie une pure merveille... dont je n'ai pas pu assez profiter à mon goût : entre le repas, la soirée jusque 3h et le changement d'heure, la nuit fut courte. D'ailleurs, un des convives disait à juste titre lors du brunch à 11h que l'assemblée ressemblait à un encéphalogramme plat.
Mais il était déjà 14h et l'heure de rentrer à Bordeaux, 615kms, en passant près de St-Etienne (50 minutes pour être précis) et en ayant une pensée pour Junko. Il me faut être honnête, ce retour était aussi nostalgique de l'époque où voir Flaky était plus simple, où AKA était là, où Michel23 habitait à 120 mètres, où Jungle-Ju n'était pas partie... Fort heureusement, le souvenir téléphonique de vendredi soir de mes amis toujours sur place (AnnEtRaf, Nico) était présent et me permettait de garder à l'esprit qu'il ne fallait pas regarder en arrière mais vers l'avant, où ma compagne m'attendait.

Je vous laisse avec une photo des mariés préservant leur anonymat.


Mariage de Flaky

2 réactions

07/03/17

20:53 I had a dream
Cette nuit, dans mon sommeil, j'étais à l'usine. Au vu des fringues de mes comparses, nous étions en plein 19ème siècle. J'avais moi aussi un béret, un foulard autour du cou et une salopette ample avec un haut blanc. Et je suais. Beaucoup. A cause de la chaleur, mais aussi de la concentration requise pour faire ces fichus clous.
Attention, ce n'était pas n'importe quels clous. Je me souviens bien avoir remarqué lors d'un spectacle donné par un cirque que nos clous avaient servis à faire leurs gradins. Des clous de qualité. Des clous qu'il faut bien usiner. Des clous qui empoisonnent mes heures, jusqu'à la sonnerie.
Las, tanné et fourbu, nous quittons l'usine avec mes camarades. En ayant franchi le seuil, je jette un regard par dessus mon épaule à cet endroit où je viens de trimer une journée de plus. Et je lis sur la pancarte annonçant le nom de l'usine : Le clou du spectacle.
Là, je me suis réveillé, maudissant mon inconscient.

Envie de réagir ?

05/03/17

13:12 Angoulême 2017
Tradition de fin janvier début février premier tiers de l'année oblige, voici le post spécial post-Angoulême. Encore beaucoup de monde cette année, surtout le samedi dans les stands éditeurs. Beaucoup moins le dimanche, y compris aux expositions : c'est normal, c'est la tradition. Angoulême reste quand même une énorme librairie avec des tonnes d'auteurs en dédicaces, c'est donc le moment de faire un bilan. Bilan sur lequel je vais tenter d'innover en mettant un peu plus en avant le livre et la rencontre via une petite anecdote.

Vendredi, journée remplie avec beaucoup d'attente dans les files et peu d'à côté. C'est à peine si j'ai pu aller aux stands des éditeurs "indépendants" (en tout cas moins gros que le stand principal). C'était un choix : Angoulême c'est tous les jours une bataille, mais pour gagner la guerre, il faut voir loin et donc sur 3 jours...


Et on commence avec une série dont j'avais pu avoir le scénariste en 2013. Pour le dessinateur, c'est chose faite. Ou presque...
Le livre : Aspic, détectives de l'étrange est une série de dyptiques. Le tome 5 étant sorti, nous avons donc 2 histoires complètes en deux tomes et une histoire qui s'achèvera avec la parution du tome 6. Cette série mêle un duo composé d'une jeune et jolie bourgeoise et un petit et astucieux gamin des rues confrontés à des énigmes paranormales (mais c'est expliqué dans le titre après tout). Après les médiums et les vampires, nous voici face à un fantôme de l'opéra...
L'anecdote : le dessinateur a changé pour ce 5ème tome, c'est Emmanuel Despujols qui succède à Jacques Lamontagne. Le scénariste reste Thierry Gloris et un petit clin d'oeil à ce changement est glissé dans l'album. Le trait n'est pas radicalement différent bien que distinct. C'est apparemment le scénariste qui aurait proposé au dessinateur actuel de travailler avec lui.


Aspic, détectives de l'étrange tome 5 - Emmanuel Despujols et Thierry Gloris Dédicace d'Emmanuel Despujols


On continue avec une série que j'apprécie depuis pas mal d'années. C'est la première fois que j'avais l'occasion de voir le dessinateur, je ne m'en suis pas privé !
Le livre : Pico Bogue est un petit garçon maniant avec délectation les mots. Il a une petite soeur nommée Ana-ana tout aussi taquine que lui, ce qui laisse plus ou moins désemparés leurs deux parents. Cette série est composée de gags sur une page avec un nombre de cases variables. Le dessin est au crayon de couleur et je l'aime beaucoup.
L'anecdote : bien que les noms du dessinateur et de la scénariste soient différents, il s'agit en fait d'une entreprise familiale : la scénariste est la mère du dessinateur. Et le reste de la famille relit et valide chaque gag avant publication. C'est la scénariste qui est à l'origine de la série, apparemment elle souhaitait que son fils commence à travailler...


Pico Bogue, tome 1 - Alexis Dormal et Dominique Roques Dédicace d'Alexis Dormal


Vient ensuite un (couple de) dessinateur(s) pour une réédition/suite d'album. Cette phrase étant peu claire, je m'explique : Kerascoët est un couple mais seul l'un des deux était présent cette année à Angoulême. Je l'ai donc fait dédicacer sur un livre nommé Voyage en Satanie (scénarisé par Vehlmann) qui était initialement un dyptique chez Dargaud, sauf que... le second tome n'est jamais paru. Les éditions Soleil ont donc repris le titre et ont publié le dyptique en entier. J'ai connu Kerascoët via Jolies ténèbres publié chez Dupuis.
Le livre : Voyage en Satanie présente une expédition vers le centre de la terre afin de retrouver un homme parti à la rencontre des Sataniens, peuple supposé vivant sous la terre. Dans la version Soleil, les pages sont sur fonds noir ce qui ajoute au côté oppressant de l'album.
L'anecdote : si un seul des deux dessinateurs était présent à Angoulême cette année, c'est parce que l'autre devait s'occuper de leur(s) enfant(s)... et si la dédicace ressemble à un Rat-garou tout droit sorti de Bone, c'est un pur hasard, ils ne l'ont pas lu !


Voyage en Satanie - Kerascoët et Fabien Vehlmann Dédicace de Kerascoët


Il y a quelques années, j'ai reçu en cadeau l'intégrale de Quai d'Orsay. Et pour une fois, son auteur était à Angoulême en dédicace...
Le livre : Quai d'Orsay montre par diverses chroniques l'envers du décor du Ministère des affaires étrangères, période Dominique de Villepin. Il a été adapté au cinéma.
L'anecdote : Christophe Blain travaille actuellement sur un nouveau tome de la série Isaac le pirate, que je ne connais pas, à la stupéfaction de l'auteur en dédicace à côté.


Quai d'Orsay - Christophe Blain et Abel Lanzac Dédicace de Christophe Blain


Pour finir la journée, un autre cadeau dédicacé : Herakles.
Le livre : Herakles, si ce nom ne vous dit rien, pensez à sa version romaine : Hercule. Et là, tout s'éclaire. Le livre colle donc au plus près de la légende d'origine. L'une de ses grandes forces est de ne jamais noyer le lecteur sous les tonnes de rencontres d'Herakles (notamment les Argonautes) tout en les restituant. De plus le trait est inspiré des poteries grecques.
L'anecdote : Edouard Cour aurait pu devenir LE dessinateur de l'antiquité. Mais ça ne l'enchantait pas vraiment. Du coup, il est parti dans une biographie du fondateur de l’Aïkido (au Japon). Et son prochain album ne sera ni au Japon, ni en Grèce...


Herakles - Edouard Cour Dédicace d'Edouard Cour


Samedi, journée commencée au stand des éditeurs "indépendants" pour fuir le monde. J'y suis d'ailleurs retourné plus tard dans la journée. Et journée placée sous les Hmongs.


Pour changer un peu et bien commencer la journée, c'est un cadeau que j'ai fait que je dédicace : Coquelicots d'Irak.
Le livre : Coquelicots d'Irak raconte sous forme de petites saynètes la vie de l'auteure en Irak, de son enfance à sa vie en France. Etant née à Mossoul, c'est l'actualité et la (dure) compréhension qu'elle ne pourra plus y retourner qui est à l'origine de cet album. Il y a un peu d'Arabe du futur dans cet album : si vous avez aimé l'un, vous devriez aimer l'autre.
L'anecdote : Brigitte Findakly est la coloriste attitrée de Lewis Trondheim... et sa femme. Bien qu'un second album ne soit pas prévu, il se peut que quelques souvenirs de famille racontés par d'autres membres amènent à une réflexion sur une éventuelle suite. Ou pas, évidemment.


Coquelicots d'Irak - Lewis Trondheim et Brigitte Findakly Dédicace de Lewis Trondheim et Brigitte Findakly


De retour au stand des "gros" éditeurs, je patiente pour une dédicace de Lolita Séchan. Des bruits courent comme quoi hier il était difficile de la voir. Aucun souci pour ma part ce jour-là et c'était fort plaisant.
Le livre : n'y allons pas par quatre chemins, Les brumes de Sapa est un de mes gros coups de cœur de cette année. L'histoire retrace la relation entre l'auteure et une jeune Hmong rencontrée lors de son premier voyage au Vietman. De l'évolution de cette relation l'on perçoit également l'évolution du Vietnam ainsi que celle de chacune des protagonistes. Avec cet album, Lolita s'est fait un prénom.
L'anecdote : il s'agissait du premier Angoulême pour l'auteure du côté des dessinateurs et elle était plutôt anxieuse. Cependant, tout s'est déroulé à merveille : même la petite tache d'encre de la plume a fui mon exemplaire pour finir sur la table de dédicace. La rédaction de l'album ayant duré pas moins de 5 ans, le trait a changé entre le début et la fin : l'auteure aurait souhaité pouvoir tout redessiner mais je trouve que ça amène une idée de progression dans le parcours qui fait coller la forme au fond.


Les brumes de Sapa - Lolita Séchan Dédicace de Lolita Séchan


Encore une dédicace sur un livre offert. Et encore un livre que j'ai offert !
Le livre : La légèreté retrace l'errance de Catherine Meurisse après l'attentat de Charlie Hebdo, où elle travaillait. Je l'avais déjà vue à l'Escale du livre pour Moderne Olympia, livre que j'avais également offert. La légèreté questionne le rapport au beau, à l'art et à la barbarie avec humour, un excellent livre.
L'anecdote : aussi incroyable que ça puisse paraitre tant la forme et le fond semblent liés sur cet album, à sa parution, Catherine Meurisse a reçu plusieurs propositions d'adaptation cinématographique. Et l'une d'elle a eu sa préférence. Elle co-scénarise actuellement "ce qui sera peut-être son premier nanar" avec la réalisatrice, Julie Lopes Curval.


La légèreté - Catherine Meurisse Dédicace de Catherine Meurisse


Suite à l'affluence dans le stand des "gros" éditeurs, retour sur le stand des éditeurs "indépendants" pour une dédicace de Kobane Calling.
Le livre : Kobane Calling, c'est l'histoire d'un italien qui va découvrir la lutte du peuple kurde contre Daech. Ca peut sembler chiant de prime abord, mais l'humour omni-présent et la sincérité du livre lui confère vite un statut d'incontournable. Il était d'ailleurs nominé dans la sélection officielle d'Angoulême de cette année.
L'anecdote : j'avoue, après quelques pages du livre, je m'attendais à découvrir un auteur anar-punk. Perdu. C'est un auteur déjà parfaitement bilingue et extrêmement agréable avec son public que j'ai découvert. J'étais déjà conquis par le livre, je le suis également par son auteur.


Kobane Calling - Zerocalcare Dédicace de Zerocalcare


Retour au stand des "gros" éditeurs pour retrouver Vanyda, déjà vue en 2014 (et ratée de peu en 2012).
Le livre : Un million d'éléphants retrace dans un récit choral les évolutions du Laos. On suit ainsi plusieurs personnages (dont un Hmong) et leurs descendances. J'avoue, le livre nécessite une seconde lecture car il n'est pas toujours aisé de se situer dans cette multitude de protagonistes. Mais rien d'insurmontable non plus. Ca faisait plusieurs années que Vanyda souhaitait raconter "son" Laos et l'aide de Jean-Luc Cornette lui a été précieuse pour mener à bien ce projet très personnel.
L'anecdote : Vanyda s'est dessinée dans l'album, ainsi que sa famille. Sa grand-mère qui figure sur ma dédicace a été quelque peu embellie d'après elle. Lors de ce festival d'Angoulême, elle a participé à une rencontre en compagnie de Lolita Séchan.


Un million d'éléphants - Vanyda et Jean-Luc Cornette Dédicace de Vanyda


Fin de la journée et dédicace un peu inespérée : je repère une file d'attente presque vide pour un livre qui était depuis longtemps sur mes radars. Je prends donc le livre avant de découvrir... qu'il y avait eu un tirage au sort. Les personnes à côté de moi m'ont encouragé à persévérer et effectivement, ce fut payant. Un grand merci à l'auteur.
Le livre : Là où vont les fourmis est un magnifique conte à lire à peu près à tout âge. Difficile d'en dire plus sans spoiler, sachez seulement qu'on baigne dans une ambiance Mille et une nuit moderne et que les dessins sont absolument splendides.
L'anecdote : Michel Plessix travaille actuellement à l'adaptation d'un roman se déroulant dans un des pôles. Beaucoup de blanc et de bleu sont à prévoir côté chromatique.


Là où vont les fourmis - Michel Plessix et Frank Le Gall Dédicace de Michel Plessix


Le dimanche, c'est le jour où il faut bien se résoudre à ne pas acheter tout ce qu'on voudrait même si les dédicaces sont possibles et à aller voir les différentes expositions.


Et pour commencer, un scénariste déjà vu en 2012, Antonio Altarriba.
Le livre : L'aile brisée fait écho à L'art de voler. Ce dernier retraçait la vie du père de l'auteur tandis que L'aile brisée s'attarde sur la vie de sa mère. En effet, le traitement reçu par cette dernière dans L'art de voler ne lui rendait pas vraiment justice et l'auteur a voulu rectifier le tir. Ce qui lui a permis de découvrir des choses insoupçonnées sur sa mère. Kim est aux dessins, tout comme sur L'art de voler.
L'anecdote : Antonio Altarriba me l'a confirmé : il n'y aura pas d'autres albums sur des membres de sa famille.


L'aile brisée - Kim et Antonio Altarriba Dédicace d'Antonio Altarriba


Je suis un auteur déjà rencontré en 2009, 2011, 2012 et 2015. Je suis, je suis... Boulet. Oui, c'était facile.
Le livre : Notes retrace au format papier le blog de Boulet. Et une fois que l'on a dit ça, on a tout dit.
L'anecdote : Boulet n'est pas que dessinateur. Il est également co-directeur d'une collection dédiée aux sciences nommée Octopus. Sur cette dédicace, sa vraie réaction face à ce tweet :



Notes - Boulet Dédicace de Boulet


Alors que la file d'attente était très importante le samedi et le vendredi, elle est déserte le samedi, autant en profiter !
Le livre : Le port des marins perdus est une sorte d'opéra en 4 actes, ode aux voyages et aux marins du début du 19ème siècle. Il règne dans ce livre le souffle épique, le chant anglais et la brise marine ainsi qu'un brin de fantastique et de Stevenson.
L'anecdote : Teresa Radice et Stefano Turconi sont un couple de dessinateurs italiens. Ils connaissent Zerocalcare qui est une star en Italie (et qui dédicace jusqu'à pas d'heures). La traduction est assurée par Frédéric Brrémaud, déjà vu en 2016.


Le port des marins perdus - Teresa Radice et Stefano Turconi Dédicace de Teresa Radice et Stefano Turconi


Terminons les dédicaces avec Petit dont le départ du scénariste s'est effectué sous mes yeux.
Le livre : Petit est certes petit... pour des Ogres Dieux (donc géants). A travers toute la lignée des Ogres Dieux que l'on va découvrir au fur et à mesure de l'album, on va prendre connaissance d'un univers où les humains sont mis en esclavage et où Petit deviendra grand (ou pas).
L'anecdote : la série des Ogres Dieux ne va pas s'arrêter au deuxième tome paru (Demi-Sang).


Petit - Hubert et Bertrand Gatignol Dédicace de Bertrand Gatignol


Angoulême, c'est aussi l'occasion d'acheter des Kit Kat exotiques au stand "manga".


Les vieux fourneaux - Cauuet et Wilfrid Lupano


Enfin, Angoulême c'est aussi des expositions. Si je n'ai pas pris d'images de l'Exposition Hermann (c'était interdit), j'en ai pris de l'exposition Loo Hui Phang.


Les vieux fourneaux - Cauuet et Wilfrid Lupano Dédicace de Cauuet


J'en ai également pris de l'exposition Kamimura. Ce qui m'a donné envie de découvrir son oeuvre et coup de chance, la bibliothèque de Bordeaux disposait de Le club des divorcés et Lady Snowblood
(que je recommande vivement) et qui a servi d'inspiration à Quentin Tarantino pour son Kill Bill.


Les vieux fourneaux - Cauuet et Wilfrid Lupano Dédicace de Cauuet Les vieux fourneaux - Cauuet et Wilfrid Lupano Dédicace de Cauuet Les vieux fourneaux - Cauuet et Wilfrid Lupano Dédicace de Cauuet Les vieux fourneaux - Cauuet et Wilfrid Lupano Dédicace de Cauuet


Evidemment, tous les livres mentionnés ici sont de chaudes recommandations de lecture (même ceux que je n'ai pas encore lu ont été primé ou ont reçu suffisamment de critiques positives pour être considérés comme des valeurs sûres). Je ne patiente pas quelques heures juste pour le plaisir, mais parce que ces livres m'ont plu assez pour souhaiter échanger (voire ré-échanger) avec l'auteur.


Envie de réagir ?

For your ears only

Never heard before :
radio.new.talents

Camshot

North American shot

View my North American Diary

Japan shot

View my Japan Diary

Infos

Nick : Doc.Fusion
Born : 16/04/1979
Sex : Male
City : Reims
 Montbéliard
  Bordeaux

Contacts

ICQ : 39296817
MSN : stq19rbl@hotmail.com
Y! : docfusion_stq19rbl
Twitter : DocFusion

Previously on Twitter

Last comment

Aurelie a dit à propos de S'il y a bien un truc auquel je ne m'attendais pas en ayant un enfant  :
Ahah !
20/08/2017 @ 00:53

Links

Airway
Agapi
Algesiras
An.archi
Banancosmic
Binnie
Bleu
Brice
Cafeine
Camellina
Cococerise
GrandK
Illona
Il est pas bon mon jambon
Izo
Kitof
LittleSa
Mathilde
Michel23
Morgan
NdJ
Perdita Durango
Pop is dead
Siro
Xas
...more...

Old Games

BLIND TEST #4
Solutions ici. Bravo à Grosquick.

BLIND TEST #3
Jeu Ete 2004 #5
Jeu Ete 2004 #4
Jeu Ete 2004 #3
Jeu Ete 2004 #2
Jeu Ete 2004 #1
Solutions des Jeux Ete et du Blind Test 3 ici.

BLIND TEST #2
Fanart gagné par spindizzy.

BLIND TEST #1
Solutions ici.

R.I.P.

404 BNF
Agapi (old one)
Aquoibon
Bidibi Jones
Bienbienbien
Bishop
Blog-trotteuse
Blondinette
Chryde
Clim
Cora
Fleafou
Fruitine
Gaëlle
GGM
Gnaat
Gnaat et Steelaa
Illona (oldest one)
Illona (old one)
Izo (old one)
Katty
Larry Croft
LittleSa (oldest one)
LittleSa (old one)
Marvin Le Rouge
Mog
Nacara
Nazkrull
Sabi
Siro (old one)
Tatou (old one)
Zag
Zariou
Zephyree

Your quotes

Last comments

Readers

Top flooders

Oldies

Septembre 2017
Aout 2017
Juillet 2017
Juin 2017
Avril 2017
Mars 2017
Fevrier 2017
Janvier 2017
Decembre 2016
Novembre 2016
Aout 2016
Fevrier 2016
Janvier 2016
Novembre 2015
Octobre 2015
Septembre 2015
Aout 2015
Juillet 2015
Mai 2015
Avril 2015
Mars 2015
Fevrier 2015
Janvier 2015
Decembre 2014
Novembre 2014
Octobre 2014
Septembre 2014
Aout 2014
Juillet 2014
Juin 2014
Mai 2014
Avril 2014
Mars 2014
Fevrier 2014
Janvier 2014
Novembre 2013
Octobre 2013
Septembre 2013
Aout 2013
Juillet 2013
Juin 2013
Mai 2013
Avril 2013
Fevrier 2013
Janvier 2013
Decembre 2012
Octobre 2012
Septembre 2012
Aout 2012
Juillet 2012
Juin 2012
Mai 2012
Avril 2012
Mars 2012
Fevrier 2012
Janvier 2012
Decembre 2011
Novembre 2011
Octobre 2011
Septembre 2011
Aout 2011
Juillet 2011
Juin 2011
Mai 2011
Avril 2011
Mars 2011
Fevrier 2011
Janvier 2011
Decembre 2010
Novembre 2010
Octobre 2010
Septembre 2010
Aout 2010
Juillet 2010
Juin 2010
Mai 2010
Avril 2010
Mars 2010
Fevrier 2010
Janvier 2010
Decembre 2009
Novembre 2009
Octobre 2009
Septembre 2009
Aout 2009
Juillet 2009
Juin 2009
Mai 2009
Avril 2009
Mars 2009
Fevrier 2009
Janvier 2009
Decembre 2008
Novembre 2008
Octobre 2008
Septembre 2008
Aout 2008
Juillet 2008
Juin 2008
Mai 2008
Avril 2008
Mars 2008
Fevrier 2008
Janvier 2008
Decembre 2007
Novembre 2007
Octobre 2007
Septembre 2007
Aout 2007
Juillet 2007
Juin 2007
Mai 2007
Avril 2007
Mars 2007
Fevrier 2007
Janvier 2007
Decembre 2006
Novembre 2006
Octobre 2006
Septembre 2006
Aout 2006
Juillet 2006
Juin 2006
Mai 2006
Avril 2006
Mars 2006
Fevrier 2006
Janvier 2006
Decembre 2005
Novembre 2005
Octobre 2005
Septembre 2005
Aout 2005
Juillet 2005
Juin 2005
Mai 2005
Avril 2005
Mars 2005
Fevrier 2005
Janvier 2005
Decembre 2004
Novembre 2004
Octobre 2004
Septembre 2004
Aout 2004
Juillet 2004
Juin 2004
Mai 2004
Avril 2004
Mars 2004
Fevrier 2004
Janvier 2004
Decembre 2003
Novembre 2003
Octobre 2003
Septembre 2003
Aout 2003
Juillet 2003
Juin 2003
Mai 2003
0

Syndication

Atom
RSS
RSS2

Link Me

What's up Doc ?
[powered by b2]